Menu de navigation

Actualité économique internationale

Le bombardier Canadien supprime 7000 postes

Le bombardier Canadien supprime 7000 postes

Histoire du bombardier Canadien :

Le Bombardier Canadien avec ses promesses comme l’évolution de la mobilité, du repoussement des limites et de prendre les devant a vu le jour en 1974 en portant tout haut son slogan « l’évolution de la mobilité est notre promesse de marque. Une promesse faite à tous ».

Le chiffre du jour : 7000 emplois à supprimer :

« 7000 » est le chiffre du Jour. Le Bombardier Canadien envisage la suppression de 7000 postes de sa société entre 2016 et 2017. Cela fait 11% de ses effectifs.
Cependant, la même entreprise d’aéronautique, Bombardier Canadien envisage un achat de 45 moyen-courriers CSérie 300 pour la somme d’un peu moins de 4 milliards de dollars de chez Air Canada.
Dans son communiqué, le Bombardier Canadien annonce une baisse sur l’effectif qui atteindra les 64.000 personnes et que cette réduction sera contrebalancée par le recrutement dans certains domaines en pleine croissance pour un soutien de l’accélération des programmes et des projets stratégiques se rapportant à l’échelle mondiale.
Dans son communiqué, Le Bombardier Canadien a précisé par contre que si Air Canada achète tous ces avions, la commande s’élèvera aux prix du catalogue à peu près à 4 Milliards de Dollars pour la partie ferme et s’il rajoute les options, le chiffre s’élèvera à 6.4 Milliards de Dollars.
Avec le licenciement, portant majoritairement sur le Québec, Le Bombardier Canadien compte redresser sa situation financière puisqu’il a vu un recul de 5 milliards de dollars au quatrième trimestre, comparativement à 6 milliards à la même période l’année d’avant. Pourtant la compagnie a vu une amélioration par rapport aux pertes vu qu’il y a un an, les pertes étaient chiffrées à 92% par action et qui est devenu 31% par action.
Avec 3800 postes dans l’aéronautique, 2500 dans les services d’aéro-structure et d’ingénierie, 800 dans le développement de produit aéronautique et 500 dans les avions d’affaire, le ferroviaire n’échappe pas au licenciement. 3200 postes sont supprimés et la répartition géographique de la réorganisation n’a pas été ni précisée ni communiquée.
Le groupe qui a publié un chiffre de 18.17 Milliards de Dollars en 2015 voit une baisse de 9.6% par rapport à l’année de 2014 et il enregistre une perte opérationnelle avant intérêts et impôts de 84 milliards de Dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *