Menu de navigation

Actualité économique internationale

La loi Sapin contre la corruption et l’instabilité des finances Françaises

La loi Sapin contre la corruption et l’instabilité des finances Françaises

“Il ne faut pas confondre une instabilité, ce que dans le jargon on appelle une volatilité avec ce qui s’est passé en 2008”, a déclaré Michel Sapin le ministre Français des Finances sur BFMTV.  

Les institutions françaises à l’abri des crises?

Le ministre français des Finances Michel Sapin appelle l’opinion publique à ne pas confondre l’instabilité du marché financier avec la crise qui s’est passé en 2008 car depuis 2008 le monde ainsi que l’Europe et la France en particulier ont pris plusieurs décisions afin de sécuriser leurs systèmes financiers et surtout leurs systèmes bancaires.

Selon Michel Sapin, les banques françaises ainsi que les banques européennes sont beaucoup plus stables aujourd’hui qu’en 2008, les institutions financières françaises sont donc a l’abri d’une crise financière néanmoins, elles ne sont pas à l’abri de toutes difficultés ou de toutes turbulences. Les institutions financières ont intérêt à être très attentives et de prendre les bonnes décisions.
Le document de loi sur la transparence économique et de combat contre la corruption, au nom de la loi Sapin II, sera présenté à la fin de cette semaine au Conseil d’État afin de la préparer pour une présentation au mois de mars au Conseil des ministres.

la loi sapin II pour plus de transparence

Michel Sapin mène la guerre à la corruption.

Sapin rémunère les informateurs de fraudes fiscales :

Michel Sapin veut d’avantage d’homme de l’hombre le ministre des Finances annonce vouloir rémunérer ceux qui dénonceront des fraudes fiscales : les indics de Bercy. Le ministre l’assure, la mesure sera réservée aux fraudes à grande échelle. Par cette disposition, l’état souhaite dédommager les lanceurs d’alerte comme Hervé Falciani de la banque HSBC qui livre en 2008 une liste de 9 000 évadés fiscaux a Bercy. Mais si l’état par le passé a rémunéré ses informateurs, il ne doit pas institutionnaliser cette pratique. La répression des fautes revient à des fonctionnaires spécialisés des juges, des policiers et les membres de l’administration fiscale, mais pas une affaire privée. Le projet de loi pourrait être présenté au parlement au printemps, quant à la rémunération des informateurs Bercy opterais pour le forfait un paiement au pourcentage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *